Ethiopie – Un projet de barrage controversé sur la rivière Omo

Ethiopia: The mud-coloured Omo River which snakes through green gorges, feeding lush vegetation and providing vital water to one of Ethiopia’s most remote regions, will also power a contentious dam project.

The government says the Gibe III dam will boost development, give access to power for many Ethiopians – about half of the population – currently living without it, and generate revenue from the export of electricity to the region.

But with construction under way for Africa’s highest dam at 243 metres (nearly 800 feet), critics say Ethiopia must also consider the environmental and social impact it will have on some 500,000 people living downstream and at Lake Turkana in neighbouring Kenya. Their livelihoods rely on the river.

“If they’re going to build this huge hydro-power dam than it should be done in a way that benefits the people who are most affected,” said David Turton, a senior research fellow at Oxford University’s African Studies Centre.

The Omo River is over 700 kilometers (430 miles) long and supplies Lake Turkana with 80 percent of its water. It is a source of annual flooding for the agro-pastoralists living in the South Omo valley, a Unescp World Heritage Site.

The completion of the dam in 2014, which will have a capacity of 1,870 megawatts, will regulate the river’s flow and, according to the Ethiopian Electric Power Corporation (EEPCo), offer a predictable water source for communities living along the river south of the dam.

Agro-pastoralists in Omo’s valley have traditionally relied on flood-retreat agriculture for cultivation and animal grazing.

“Before, the wet season was two months, or maximum three months, then there was nine months of drought, now for 12 months there will be a regulated flow for all the downstream users,” said EEPCo chief executive Mirhet Debebe.

What happens to the people?

The centuries-old flood-retreat agriculture practised by the downstream tribes is a cultural mainstay of the Bodi, Mursi and Nyangatom tribes, famed for their lip-plate and body painting customs.

But Azeb Aznake, Gibe III project manager at EEPCo, has said artificial flooding would be created annually “so that their practice is not interrupted.”

She said the regular river flow would provide irrigation for small-scale cultivators downstream, and denied that the Gibe III dam would feed irrigation channels to nearby foreign-owned plantations, as some groups have charged.

“The purpose of the dam is for hydroelectric power, and nothing more,” the power company executive said.

Most of the $1.8 billion (1.5 billion euro) cost of the project – the third in a series of five dams planned along the Omo River – will be covered by EEPCo, with a Chinese firm bankrolling the $400 million electromechanical costs.

The dam has been mired in controversy from the project’s inception and the “Stop Gibe 3” online petition has collected over 18,000 signatures.

EEPCo’s Azeb admitted that any project of this magnitude is bound to have an impact on local communities and ecosystems, but said the overall benefits were too great to ignore.

“Water is our major resource…. We have to make use of it and develop, we have to eat three times a day like any human being, so there has to be compromise,” she said.

Power generated by the dam will be sold to neighbouring Djibouti – which is already receiving Ethiopian power – as well as Kenya, Sudan and Somaliland, providing a major source of income, CEO Mihret said.

For Frederic Mousseau, policy director at the US-based think tank Oakland Institute, which is opposed to the dam’s construction, the benefits are not widespread enough.

There must be concern for social justice

“It’s really about who benefits and what benefits…. At the macro level you might have increased exports, economic growth, but what about human development, what happens to the people?” he said in a phone interview from California.

He urged the Ethiopian government to halt the dam’s construction “so investment could go towards infrastructure that could really benefit the people.” Some nearby residents welcome the job opportunities that have accompanied the dam’s constructions. Over 4,000 Ethiopians have been hired to help build Gibe III, which was started in 2006 and is over 50 per cent complete.

“It is good for our development and the area’s development (because) we get more employment,” said Mengistu Mara, 26, a student in Lala town about 30 kilometres away from Gibe III.

His brother who works as a crane operator at the dam pays Mengistu’s school fees at the local high school, built in 2009 by the dam’s contractors.

“I’m learning now because my brother is bringing me money,” he said, standing in front of the school built near the village’s newly paved road.

Lala resident Desalegn Barata, 41, also welcomed the job creation, but said that even with the construction site next door his community still has no clinic.

“There is no clinic or hospital and there are many diseases here,” he said, swatting at the flies swarming around him in the midday heat.
For analyst Turton, the government should prioritise social justice as the project moves ahead, saying it is possible to balance the benefits with the potential impact.

“This is often presented as a choice between development and what we sometimes call cultural preservation, it’s presented as sometimes you can’t make an omelette without breaking eggs,” he said, adding that he is not opposed to the construction of Gibe III.
“But it should be done in a way that shows a concern for social justice.”

http://dawn.com/2012/06/08/africas-highest-dam-opens-flood-of-debate/

Lecture : Tresor Rouge

Je viens d’en finir la lecture et vous le recommande…
Tout comme le site de cette nouvelle agence de presse, ocean71 :

« Ce qui devait être un reportage sur le thon rouge en Méditerranée s’est transformé en une passionnante enquête de plus d’une année, nous emmenant de Paris à Sète, de Bruxelles à Malte, d’Italie en Tunisie… Depuis février 2010, nous avons parlé aux responsables des ONG et aux scientifiques, suivi en mer les thoniers, les remorqueurs et vu de nombreuses cages disséminées entre Malte et les eaux libyennes. Nous avons aussi rencontré les patrons des thoniers et les fermiers qui engraissent les précieux poissons pour le compte d’industriels japonais… Nous avons finalement plongé pour mieux comprendre ce poisson biologiquement exceptionnel et qui reste à bien des égards, encore aujourd’hui, très mystérieux. »

Trésor Rouge – Bande Annonce from Julien Pfyffer on Vimeo.

« A terre, en mer et sous l’eau, nous avons tenté de comprendre ce milieu et cette industrie si particulière avec ses personnalités aussi nombreuses que singulières. Nous en avons tiré une expérience unique, une histoire hors du commun qui, nous l’espérons, vous captivera autant qu’elle nous a passionné. Une véritable chasse au « Trésor » méditerranéenne. »

Climat : les mers d’Europe changent

Les mers d’Europe changent à une vitesse sans précédent, victimes elles aussi du changement climatique. C’est le programme européen de recherche Clamer (Changement climatique et recherche en écosystèmes marins européens, selon l’acronyme anglais) qui aboutit à cette conclusion.

«Les changements sont visibles et beaucoup plus rapides que ce que nous pensions», affirme Carlo Heip, responsable du projet européen qui implique 17 instituts de recherche et universités issus de 11 pays européens et qui étudient toutes les aires marines d’Europe.

Au cours des 25 dernières années, la température des mers a augmenté en raison de la fonte de l’océan Arctique. L’effet combiné de la montée du niveau des mers et de vents plus puissants a contribué à l’érosion de 15% des côtes européennes, selon le rapport.

Le réchauffement s’est accéléré, au cours des 25 dernières années, 10 fois plus rapidement que le taux moyen relevé pour le XXe siècle.
Entre 1986 et 2006, l’augmentation de la température de la surface des océans dans les eaux européennes est de 3 à 6 fois plus élevée que la moyenne globale au niveau mondial.
«Différentes modélisations suggèrent que d’ici la fin du XXIe siècle, la température de la mer Baltique pourrait augmenter de 2 à 4°c, celles de la mer du Nord de 1,7 °c et le golfe de Gascogne de 1,5 à 5°c», précise le rapport.
La fonte de la calotte glaciaire et des glaciers augmente encore l’incertitude. Les dernières estimations pour 2100 suggèrent que le niveau européen des mers pourrait monter de 60 cm à 1,9 m le long des côtes britanniques.
La montée des eaux menace des populations qui vivent sur des zones situées sous le niveau des mers mais la France, le Royaume-Uni et les Pays-Bas sont suffisamment riches pour réussir à se protéger des incursions marines.
Les scientifique européens constatent que des modifications de la chaine trophique sont déjà intervenues puisque des espèces marines ont commencé à migrer du Pacifique vers l’Atlantique; et cela grâce aux ouvertures saisonnières au niveau de l’océan Arctique. Ces nouvelles espèces perturbent les écosystèmes d’origine.
Cet été la fonte des glaces arctiques a atteint des records. Et sur les 32 années de collecte de données satellitaires, les 5 records de fonte ont eu lieu ces 5 dernières années, probablement en raison d’une conjonction de deux facteurs: le réchauffement climatique et une modification du modèle météorologique.
Un été sans aucune glace au pôle Nord devrait prochainement avoir lieu, prédisent les chercheurs européens.
vu sur le JDLE

1 remorqueur en moins pour la France

 

En annonçant la mise hors service de ses 4 remorqueurs de haute mer, le Royaume-Uni abandonne sa première ligne de défense contre la pollution maritime. Une décision économique aux effets boule de neige pour la France puisqu’elle perd ainsi un remorqueur que l’Etat affrétait en commun avec les Britanniques.

En 1993, le tanker Braer s’échoue sur les côtes des Shetland. Les conséquences écologiques sont désastreuses. Déterminés, après cette énième pollution qui touche leurs côtes, les Britanniques mettent en place un système de prévention et affrètent, deux ans après, 4 remorqueurs pour surveiller leur littoral et venir en aide aux navires en difficulté.

Aujourd’hui, Londres souhaite réduire les dépenses publiques. Le couperet comptable est tombé: plus de financement pour les «bergers des mers». La décision a été prise par le ministère britannique des transports contre l’avis des spécialistes et notamment de Lord Donaldson qui avait mis en place, en 1995, le système de surveillance. En Ecosse, terre pétrolière, les parlementaires et les élus locaux ne décolèrent pas. Malgré l’agitation qui règne au nord du mur d’Hadrien, le ministre des transports, Mike Penning, n’en démord pas: les contrats d’affrètement des navires expireront à la fin du mois.

Cette décision n’est pas sans conséquence pour la France. En effet, parmi les 5 remorqueurs d’intervention, d’assistance et de sauvetage (Rias) de haute mer que possède notre pays, l’un, positionné en Pas-de-Calais, est affrété en commun avec les Britanniques. Interrogé par le JDLE, le secrétariat général de la mer a confirmé, ce matin 15 septembre, que le contrat de l’Anglian Monarch s’arrêtait le 30 septembre prochain puisque ce sont les Britanniques qui sont les titulaires du contrat.

Un remorqueur de moins pour la France donc, et c’est une partie du littoral qui est laissée sans surveillance. Au nom de la lutte contre les pollutions en mer, les préfets maritimes peuvent ordonner à un remorqueur d’assister un navire en péril. Ce qui, bien souvent, contribue à éviter le pire. Or la position de l’Anglian Monarch était stratégique puisque le navire intervenait dans le détroit du Pas-de-Calais, où 90.000 navires se croisent tous les ans. Chaque année, ce sont 430 millions de tonnes de matières dangereuses (hydrocarbures, produits chimiques, explosifs…) qui passent dans les eaux du Channel. A cela s’ajoute le trafic des ferries reliant le continent à la Grande-Bretagne. Il faut aussi compter sur la présence de nombreux pêcheurs et de plaisanciers.

Ne pouvant pas laisser le détroit sans dispositif de secours, la France a donc décidé de transférer l’Abeille Languedoc, un autre Rias, dans le Pas-de-Calais. Une décision saluée dans un premier temps par Mor Glaz, une association française de remorquage, avant qu’elle ne découvre que ce remorqueur ne sera finalement pas remplacé. Il faut dire que, depuis 2005, l’Abeille Languedoc surveillait toute la façade atlantique de La Pallice à La Rochelle. Avec 37 sorties en mer à son actif, dont 17 remorquages et escortes de bateaux en difficulté, l’efficacité du remorqueur n’est plus à démontrer.

Mais le secrétariat général de la mer souhaite que la surveillance du golfe de Gascogne soit dorénavant assurée par le remorqueur brestois Abeille Bourbon et les remorqueurs espagnols. L’association Mor Glaz craint que la zone du golfe de Gascogne soit désertée. «L’Etat français est en train de brader la protection de son littoral alors que nous étions un modèle jusqu’à présent», tempête Jean-Paul Hellequin, son président. «En ne remplaçant pas le remorqueur, élus et hauts fonctionnaires auront la responsabilité des accidents ou des drames maritimes qui pourraient survenir cet hiver. Je demande aux élus de prendre leurs responsabilités», poursuit-il.

Pour le syndicaliste CGT, il faut remplacer l’Abeille Languedoc par un «supply», un remorqueur polyvalent mais tout aussi puissant, dont le financement est déjà tout trouvé puisque l’affrètement de l’Anglian Monarch, qui était de 9.500 euros par jour, avait déjà été budgété.

Selon Jean-Paul Hellequin, l’Etat français, tout comme le gouvernement britannique, souhaite se désengager de la protection des côtes. Ce spécialiste du remorquage rappelle que, depuis 1978, année du naufrage de l’Amoco Cadiz, l’Abeille Flandres a permis d’éviter 21 catastrophes majeures. Autant d’économie pour la collectivité nationale. Et le Brestois de rappeler que 50% du brut récupéré sur un navire naufragé est reversé à l’Etat. Les sauvetages ne sont donc pas forcément des opérations très onéreuses.

L’Abeille Languedoc a quitté il y a quelques jours le port de La Rochelle. Il doit rejoindre la Manche début octobre. En attendant, il est en carénage dans les chantiers Piriou à Concarneau

 

vu sur le JDLE

La pêche en eaux profondes n’est pas durable

C’est un véritable cri d’alarme. Dans un article publié, cette semaine, dans Marine Policy, une quinzaine de biologistes marins (dont le Français Daniel Pauly) affirme que la pêche des poissons vivant en eaux profondes n’est pas durable.

A grande profondeur, expliquent-ils, la nourriture est rare et le rythme biologique, la reproduction notamment, beaucoup plus lent qu’à proximité de la surface.
Espèce phare des grands fonds, l’empereur (Hoplostethus atlanticus) n’est ainsi sexuellement mature qu’à 20 ans. La femelle ne pond pas chaque année. Des rythmes incompatibles avec la surexploitation dont cette espèce, qui n’est connue que depuis une trentaine d’années, fait l’objet.
De plus, souligne Selina Heppel (université de l’Etat d’Oregon), la méconnaissance de ces stocks de poissons rend impossible l’établissement de quotas de pêche efficaces.
Peu contrôlés, les flottes hauturières sont aussi fortement aidées. Les gouvernements verseraient, chaque année, quelques 162 millions de dollars (115 millions d’euros) aux pêcheurs des grands fonds, estime Rashid Sumaila, de l’université de Colombie britannique.
Pas durable pour la faune et coûteuse pour le contribuable.

Vu sur le JDLE, Le 08 septembre 2011

127 aires de protection marines pour les Britanniques, qui dit mieux?

 

Une liste de 127 aires de protection marines a été proposée par le gouvernement britannique pour en faire des réserves naturelles.
Le périmètre autour de l’île de Wight, au sud de l’Angleterre, celui de l’archipel des Scilly, la plupart des estuaires, les îlots de la côte est, tout comme les coraux, les bancs de sables, tous ces sites entrent dans la liste.
La zone qualifiée de zone de conservation marine (MCZ, selon l’acronyme en anglais) s’étend au total sur une superficie de 37.000 km2, soit le double de la superficie du Pays de Galles. Près de la moitié des sites se situent sur la côte sud-ouest du Royaume-Uni et en Manche. Les Gallois et les Ecossais devraient, à leur tour, publier leur liste d’ici la fin de l’année.
L’un des porte-parole du projet MCZ explique à ce sujet: «Ces aires permettront de protéger à la fois la vie sauvage, les habitats, la géologie et la géomorphologie.» Le projet a abouti grâce à la réalisation de 2.500 entretiens et l’organisation de 155 réunions dans ce qui a été qualifié de «parlement du peuple».
Cependant, parmi les 127 sites proposés, seuls 20 seront «hautement protégés»: toute exploitation par l’industrie y serra bannie.
Environ la moitié des aires listées contiendront, à l’intérieur de leur zone, une partie «hautement protégée». L’industrie pétrolière, celle de l’éolien et les extracteurs de sable n’obtiendront qu’un accès limité à ces zones.
Enfin, seul 2% recevront une protection totale.
Les environnementalistes admettent avoir dû faire quelques concessions aux industriels pour obtenir un consensus sur le nom des 127 zones protégées. Il faut dire que le Royaume-Uni est la patrie de l’éolien offshore et qu’en 2011 pas moins de 101 éoliennes ont été installées au large des côtes britanniques. Et 937 sont en cours d’installation.
Selon l’association de protection marine (MCS selon l’acronyme en anglais), «nous étions désolés de devoir abandonner aux industriels des sites comme Farmborough-Helgoland, les falaises de craie du nord du Norfolk et les îles Farne».

Petite compensation pour les écologistes, d’autres sites remarquables, comme les aiguilles de l’île de Wight, ont été sélectionnés.

 

Vu sur JDLE – Le 08 septembre 2011

55 pays s’accordent sur une réduction des émissions de leurs bateaux

 

Pollution : 55 pays s'accordent sur une réduction des émissions de leurs bateaux

Cinquante-cinq pays, les plus grands disposant d’un accès à la mer, se sont accordés sur des objectifs de réduction de leurs émissions polluantes. Une grande première décidée lors de la réunion annuelle de l’Organisation Maritime Internationale (IMO), mais qui ne suffit pas à satisfaire les écologistes.

C’est une première. Cinquante-cinq des plus grands pays possédant un accès à la mer se sont engagés à réduire les émissions de leurs bateaux, rapporte le site de la fondation GoodPlanet. Cet accord a été conclu le vendredi 15 août à Londres, lors d’une réunion de l’Organisation Maritime Internationale. Il prévoit une réduction de l’utilisation énergétique des bateaux qui seront construits à partir de 2013 et dont le tonnage sera supérieur à 400 tonnes. L’efficacité énergétique de ces navires devra augmenter de 10% d’ici à 2020. A l’horizon 2024, cet objectif passera même à 20%.
Ces mesures devraient offrir une réduction de 45 à 50 millions de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2020. Alors qu’elles devraient coûter 2,6 et 11 milliards d’euros, elles pourraient permettre d’économiser jusqu’à 34 milliards d’euros en matière de santé publique, souligne la Commission européenne.
Mais pour les écologistes, elles ne sont pas suffisantes. Les associations déplorent en effet que ces règles soient restreintes aux nouveaux bateaux, mais aussi que les pays en voie de développement, tels que la Chine, le Brésil, l’Arabie Saoudite et l’Afrique du Sud, en soient exonérés pour les six prochaines années. Ainsi, certains craignent que les armateurs ne fassent immatriculer leurs navires dans ces pays afin d’éviter de se soumettre à la réglementation.

La Fondation MultiOne Attitude

La Fondation Multi One Attitude est une organisation caritative qui a pour objectif d’utiliser la voile comme un moyen de sensibilisation et d’éducation de l’opinion publique pour trouver des solutions aux questions fondamentales liées à l’eau et au développement durable. La mission de la fondation est simple : sensibiliser le public à la préservation de l’océan et de l’empreinte en eau.

Préservation des océans : sensibiliser le public afin qu’il s’implique activement dans la résolution des problèmes liés à la pollution de l’eau.
Pour plus d’informations, cliquer ici.

Empreinte en eau : mobiliser le public autour des problèmes de l’empreinte en eau dans le monde.
Pour plus d’informations, cliquer ici.

Fondation Bénéteau > Pour une plaisance durable

A l’occasion, des journées de la Mer, rencontre avec Annette Roux, Présidente de la Fondation Bénéteau, fondation pour la promotion d’un nautisme vert et des métiers de la mer.

Quand la Fondation Bénéteau a-t-elle été créée ? Quelle est sa vocation ?

Annette Roux : “Créée en 2005, la Fondation Bénéteau est la seule fondation d’entreprise française entièrement dédiée au nautisme. Elle cherche à encourager et à promouvoir la protection de l’environnement dans l’univers du nautisme, notamment à travers de grands projets comme le concept de bateau hybride que nous avons présenté fin 2009 au salon nautique de Paris. La Fondation participe aussi à la mise en valeur du patrimoine naval, souvent en partenariat avec des musées comme la Cité de la Voile d’Eric Tabarly à Lorient ou le musée de la construction navale de Noirmoutier qui est en cours de réhabilitation. Enfin, nous cherchons à sensibiliser le grand public sur les notions de protection de l’environnement maritime…et terrestre car nous travaillons également dans le secteur de la construction et de l’habitat.”

Avez-vous des projets à l’international ?

Annette Roux : “Nous avons mené plusieurs projets à l’international : la mise en œuvre d’une école de voile en Chine, la construction d’une école de la mer à Madagascar (qui forme les jeunes à une pêche responsable et à la construction de bateaux modernes et respectueux des traditions locales), la fabrication de catamarans de pêche au Sri Lanka après le tsunami ou encore la construction de pirogues de pêche au Sénégal pour lutter contre l’émigration clandestine en incitant les sénégalais à gagner leur vie dans leur pays. Ceci dit, nous avons décidé récemment de réorienter nos actions en France car il existe déjà beaucoup d’autres fondations qui œuvrent à l’étranger tandis que les projets français ne trouvent pas toujours de soutien.”

Pouvez-nous parler de votre concept de motorisation hybride adaptée aux monocoques ?

Annette Roux : “Il s’agit d’une chaîne hybride parallèle qui propose 3 sources d’énergie : un moteur thermique, un moteur électrique et l’énergie cinétique. L’innovation tient à ce que chaque source d’énergie peut fonctionner simultanément ou séparément. Ainsi, en fonction de son mode de navigation (en cabotage, en navigation hauturière…), on n’utilise pas les mêmes sources d’énergie.
Et, autre grande nouveauté : la régénération sous voile. Quand vous naviguez sous voile, à partir de 5 nœuds, une hélice immergée, placée dans le flux d’eau face à la mer, vous permet de produire de l’énergie électrique et de la stocker. Pour agrémenter le concept, on a rajouté des batteries au lithium (comme sur les voitures) et un BMS (Battery Management System) qui vous permet de vérifier l’état de vos batteries à chaque instant. Avec ce moteur hybride, vous pouvez naviguer sans aucune pollution et dans un silence unique.
Le projet est né en partenariat avec un groupe allemand ZF, qui commercialise déjà cette chaine hybride et Valence qui a fourni les batteries au lithium.
Nous n’avons pas tout à fait fini les essais. Nous espérons que ce concept sera commercialisé dans quelques mois. ”

Quels sont les autres axes de vos actions ?

Annette Roux : “La Fondation Bénéteau cherche aussi à encourager l’émergence de nouveaux métiers contribuant à la création d’emplois dans le nautisme. C’est pourquoi nous avons lancé un concours de design ouvert à une dizaine d’écoles en Europe sur le thème de « l’aménagement intérieur du bateau de demain ». Nous avons de très nombreuses candidatures et nous sommes très confiants dans les projets qui vont nous être soumis. Les lauréats seront récompensés lors du salon nautique de Paris de décembre 2011.”

Article publié par www.developpement-durable.gouv.fr

Greenpeace accuse Intermarché de surpêche

 

L’organisation écologiste accuse Intermarché de «piller» les grands fonds et appelle le groupement à cesser la pêche par chalutage profond.
«La pêche profonde pratiquée par Intermarché incarne parfaitement la surpêche en Europe et elle doit cesser immédiatement», indique Hélène Bourges, responsable de la campagne Océans de Greenpeace dans un communiqué, rappelant que la France et l’Espagne sont les deux principaux pays européens à pêcher dans les grandes profondeurs (entre 600 et 1.500 mètres de fond).
Pour se faire entendre, les militants de Greenpeace se sont rendus cette fin de semaine dans 22 magasins de l’enseigne.
Selon l’ONG, Intermarché représente 60% des prises françaises réalisées par chalutage profond, une technique «particulièrement destructrice» qui cible des poissons blancs de grands fonds comme le flétan, le grenadier ou l’empereur.
«Ces chaluts sont des filets coniques, dont l’ouverture peut être aussi large qu’un terrain de football, tirés par des bateaux au-dessus du plancher océanique, raflant tout sur leur passage», insiste-t-elle.
«Le chalutage profond est emblématique des mauvaises pratiques» industrielles qui menacent des espèces à croissance lente et reproduction tardive. «De plus, le chalutage profond entraîne des rejets en mer d’animaux morts et détruit le fond des océans», explique-t-elle.
Intermarché possède la plus importante flotte de chalutage profond en France: 17 navires dont 8, estiment l’association écologiste, pratique le chalutage profond. Selon l’ONG, le groupement «a reçu 9,7 millions d’euros de fonds publics, payés par le contribuable français et européen, entre 1996 et 2008. Intermarché a par la suite, en 2008, injecté 20,4 M€ dans sa flotte pour la maintenir».
«Les océans sont en train de mourir, tout particulièrement en Europe: 7 espèces sur 10 aux étals des poissonneries sont surexploitées ou au bord de la surexploitation. Si on ne veut pas d’un océan vide d’ici 35 ans, l’Union européenne doit radicalement changer sa politique», souligne l’ONG.

Le 27 juin 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg