Cesar Harada, des voiliers-drones pour nettoyer les océans

C’est dans le dernier Socialter que j’entends parler pour la première fois de Protei, un « drone marin en open-source ».Oslo_Cesar_size1024-original

Protei, l’histoire typique de l’inventeur génial dans son garage

L’histoire devient assez typique dans la « nouvelle économie » : suite à un évènement personnel déclencheur (rencontre de pêcheurs dans le golfe du Mexique pendant la marée noire de BP en 2010), un jeune ingénieur très intelligent et un peu fou (César Harada, MIT) trouve dans son garage une idée géniale (ici Protei, un petit voilier-robot à la carène ondulante) pour résoudre un problème environnemental de grande ampleur (nettoyer la surface des océans des pollutions diverses), le tout en open-hardware (comprenez technologie libre) permettant qu’une communauté internationale s’en empare pour améliorer ensemble ce truc génial.

protei oil

En tant que voileux intrigué depuis longtemps par l’innovation sociale je dis :

« Wow, I’m in ! ».

Beyond Petroleum

A 31 ans, Harada dirige Scoutbots, la boîte qu’il a créée à Hong-Kong pour bosser sur cette innovation opensource, animer une sympathique communauté internationale de citoyens visant au développement des Protei, et vendre des Protei déjà assemblés aux moins bricoleurs de la communauté.

Il a levé environ 30k$ pour les premiers prototypes, développés au départ aux Pays-Bas, puis par la communauté aux US, Australie, etc.

Le concept n’est encore qu’en phase prototype, le chemin est long, mais on voit déjà sur son site et dans les conférences la référence à d’autres projets : construire un bateau de 6m pour aller vite, des petits modèles réduits pour les enfants, des utilisations pour du repérage de radioactivité (le gars a tout de même été à 1km de Fukushima, j’ai bien dit qu’il était un peu fou !), etc.

Toutes ces nouvelles idées sont passionnantes, je suis passionné, mais…

Dépasser le « wow » effect

buzzJe me méfie en général des articles qui me vendent « Machin qui a trouvé la solution à la destruction de l’humanité ».  La plupart des médias chassent LA story-telling à « buzz ». Et quoi de mieux qu’un jeune geek type dans son garage, tel un Harada ou un Boyan Slat qui vont « nettoyer tous les océans » ? Ok, cela fait parler du truc, mais la popularité est-elle gage de réussite ? Le risque c’est que des shots de popularité (tout comme les shots de crowdfunding « coup de coeur »), qui se concentrent sur le concept initial et pas sur son développement, fassent dévier les jeunes inventeurs de leur ambition finale (construire des solutions qui vont réellement résoudre les problèmes identifiés). L’autre risque, c’est que les citoyens se disent « la solution est trouvée, c’est cool, j’ai rien à faire ».

Donc l’entrepreneur ET le lecteur doivent faire attention à cela : ne pas « zapper » trop vite, prendre le temps de l’analyse de fond, et surtout faire le choix (donc des renoncements) de s’impliquer ou pas à fond sur le cap fixé. A force d’être shooté aux petites vagues qui font aller vite, on surfe sur les vagues mais elles n’amènent pas toutes à bon port.

Tuer le Yakafokon

makesensePour autant, l’article de Socialter sur Protei n’est pas dans cette veine, il n’est pas spécialement élogieux et il fait un appel concret à l’implication de la communauté en particulier via un défi Makesense, dans l’idée de mobiliser du monde.

J’espère juste qu’un maximum de participants rejoindront le défi, pas uniquement pour balancer des bonnes idées et aller bosser chez Shell ou Trafigura, mais pour s’impliquer vraiment à fond(s) dans le projet pour le mettre en place au delà de la recherche technique.

Comment tuer le yakafokon : just do it !

Beyond Prototyping

imagesL’objet final de Protei, si j’ai bien compris, c’est donc rien de moins que de nettoyer les surfaces des océans (des plastiques, des hydrocarbures etc) : des millions de km2 à couvrir ! Sans parler des fleuves, des lacs pollués. Une telle cause nécessite de trouver des solutions techniques fiables puis surtout de les diffuser.

Rien que pour la solution technique, il va donc falloir mobiliser, animer une communauté regroupant des compétences d’archi navals, d’ingénieurs, en commençant déjà par tous ceux qui bossent sur le sujet technique depuis belle lurette pour arriver à un prototype puis à un test-pilote qui prouve le concept (et d’ailleurs why not bosser avec Boyan Slat, avec le CEDRE, avec nos amis de Watever).

Il faut donc s’en occuper, y consacrer du temps, car l’idée que la communauté va s’auto-créer et s’auto-réguler est peu réaliste.

Puis surtout, il va falloir des entrepreneurs sociaux, économistes du développement, marketeux, pour assurer – si la solution technique est validée – une dissémination/appropriation à grande échelle permettant in fine le déploiement sur les zones qui le nécessitent.

Car une idée comme Protei ne se transformera en véritable innovation sociale qu’à partir du moment où elle aura réellement démontré sa capacité à résoudre une partie du problème visé.

Alors avec tout cela, se lancer sur d’autres projets « en attendant », est-ce la bonne stratégie ?

Révéler le génie créateur… et développeur

C’est le propre de l’homme que d’être un découvreur-chercheur-inventeur : le feu, la roue, la voile, etc.

L’homme a pourtant déjà trouvé les solutions techniques à ses besoins basiques dans les domaines de l’eau, santé, éducation, habitat, etc. Ce qui manque maintenant, c’est de trouver des gens capables (et volontaires) pour pousser ces solutions jusqu’à une réelle appropriation endogène (par le marché) qui en assure la diffusion à grande échelle. Manque de financement ? Manque de volonté politique ? Je crois surtout que c’est un manque d’intérêt des porteurs : trouver une solution technique c’est super sympa et relativement rapide (quelques années en général), mais pour la diffuser à grande échelle il faut du temps, et cela nécessite souvent de passer du labo à des trucs moins funky comme la « relation client », voire – quelle horreur – à quelques parquets parfois feutrés pour trouver des partenaires, négocier, argumenter sur une idée qui est pourtant – évidemment – la meilleure du monde. C’est pénible, contraignant, mais incontournable.

Il y a je crois un équilibre à trouver entre ce qu’on veut faire, ce qui nous passionne, et ce qu’on doit faire, parfois contraignant…

N’est-ce pas Léonard de Vinci qui disait « toute contrainte m’est grâce » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.