Antoine Horellou, portrait du fondateur de SEAtizens

Qui suis-je ?

Je m’appelle Antoine Horellou, je suis passionné par l’innovation sociale citoyenne que je traduis par « des citoyens trouvent et développent des solutions innovantes et efficaces pour relever les défis sociaux, environnementaux, économiques de l’humanité ».

En 2006 j’ai lancé SEAtizens, un réseau informel d’entrepreneurs sociaux maritimes dont le but est de sensibiliser le grand public à la possibilité d’entreprendre avec de l’impact social et environnemental positif, sur le littoral ou en mer.

En 2014 je crée créé BOPS.io pour mettre en oeuvre des solutions d’accès aux besoins de base (logement, énergie) des populations au Bas de la Pyramide (BOP) des revenus.

L’histoire qui m’a amenée à l’innovation sociale

A 20 ans, en 2004 et 2005, je suis parti quelques semaines au Niger, à Maradi, pour aider une petite ONG locale à construire une école pour les enfants sourds de la ville.
Comme la plupart des jeunes occidentaux, j’étais alors au courant des défis sociaux, environnementaux, économiques dramatiques auxquels l’humanité faisait face, mais pas au point de changer ma vie. Je n’imaginais pas que la vue d’un de ces drames (ici la malnutrition infantile) me bouleverserait autant, et je n’imaginais pas plus que je pourrai avoir le moindre rôle à jouer dans de tels drames…

antoine

Sensibilisation sur la situation des enfants sourds. Radio locale, Région de Maradi, Niger, 2004

C’est en rentrant du Niger que j’ai trouvé des pistes, en rencontrant des gens particulièrement intéressants. Guy Pourcet, Philippe Hugon, et les autres intervenants du master DET de Nanterre m’ont donné des bases décloisonnées (économiques, sociologiques, démographiques, ethnologiques, etc) pour mieux appréhender le défi du développement économique des pays les plus pauvres. D’autres rencontres et lectures (Drayton, Baratier, Halevy, Rifkin puis Duflo) m’ont permis de mieux comprendre les défis sociétaux et le rôle des entrepreneurs pour les relever. Enfin, des entrepreneurs sociaux (notamment ceux du réseau Ashoka) m’ont prouvé que chacun pouvait apporter des solutions pertinentes, efficaces et à fort potentiel pour résoudre des défis sociétaux à grande échelle. Cet ensemble m’a inspiré et convaincu de m’impliquer pour l’innovation sociale.

En 2006, j’ai donc décidé de concentrer mon énergie sur le changement d’échelle des innovations sociales : comment – après avoir fait preuve de son concept – une innovation (technologique ou méthodologique à fort impact social), peut être diffusée rapidement à grande échelle ?

Mon expérience dans l’innovation sociale 

Début 2007, après un passage chez Ashoka (le principal réseau mondial d’entrepreneurs sociaux innovants), j’ai rejoint Thomas Granier et l’Association la Voûte Nubienne (AVN) que j’ai co-dirigée jusqu’en 2014. Nous travaillons maintenant ensemble dans le cadre de BOPS pour permettre aux populations d’Afrique sahélienne d’accéder de manière pérenne à un habitat de qualité et à un métier rémunérateur en développant le marché de la construction en « Voûte Nubienne »

Antoine avec les macons nubiens

Avec des maçons « nubiens ». Ouagadougou, Burkina Faso, 2008.

Je soutiens aussi d’autres innovations comme par exemple Watever.org (pour l’accès à des solutions flottantes pour les populations littorales démunies), et aussi le lancement d’une filière permettant l’accès à l’éclairage solaire pour le plus grand nombre en Afrique avec le groupe Chabanne et CB Energie.

J’ai aussi appuyé le lancement d’une innovation monétaire : le CompteEpargneCO2.com qui a créé le « Climate Coin », première monnaie numérique dédiée au changement climatique.

Méthodologies et compétences 

Outre les méthodologies de terrain permettant de renforcer les capacités des entrepreneurs locaux, je travaille sur les innovations financières permettant de booster l’innovation sociale : j’étudie depuis 2008 l’émergence de l’impact investing, les questions de « retour sur investissement social » (Social Return on Invesment – SROI), de « financements basés sur les résultats » (Result-based fundings).

Enfin, je travaille sur l’institutionnalisation des solutions : comment permettre aux autorités locales et à l’ensemble de la chaine de valeur de s’approprier ces sujets d’intérêt général.

Mes « sujets » sont :

« Market-Based Approaches » (MBAs – diffuser des solutions innovantes au bénéfice de tous par les mécanismes de marché); Bottom of pyramid (BOP) ; impact investing ; Result-based Funding ; Jugaad ; CO2 ; carbone ; entrepreneuriat social ; innovation sociale ; impact social, développement durable, sustainability, responsabilité sociale – RSE, engagement citoyen, bottom of pyramid – BOP ; chaine de valeur : business inclusif ; institutionnalisation ; business planning ; analyse de marché ; habitat ; formation

Awards et distinctions

J’ai aidé AVN à recevoir les distinctions suivantes : Tech Awards of Innovation 2007, Entrepreneur Social de l’année au World Economic Forum (Schwab Foundation) 2012, World Bank Development Marketplace best adaptation to climate change 2009, Dubai/UN-Habitat Best south-south technology transfer 2012, World Habitat Awards 2009.


Antoine Horellou

me contacter : antoine.horellou(a)seatizens.org + retrouvez-moi sur LinkedIn