méduses

Journée mondiale des océans : Se poser les bonnes questions…

Le 8 juin 2022, c’est la “journée mondiale des océans”. Depuis 3 ans, les Nations unies déploient à cette occasion toute une communication pour “célébrer l’océan” et rappeler son importance. Décréter une journée mondiale est-il un non événement qui vise à se donner bonne conscience et masque l’échec d’une action collective à l’échelle planétaire ? Ou bien est-ce l’occasion de parler des vrais sujets d’inquiétude autour de la préservation des océans ? Trois sujets semblent incontournables dès lors que l’on veut célébrer l’océan : la pollution plastique, la surpêche et le transport maritime.

Un traité international sur la pollution plastique

Il y a tout juste un mois s’achevaient des négociations sous l’égide des Nations unies pour aboutir à un traité international sur la pollution plastique. Cette idée, lancée initialement par le WWF, la fondation Ellen MacArthur et le Boston Consulting Group, montre que chaque initiative peut mener à des actions concrètes au niveau international lorsque l’on s’y met tous ensemble.

Pollution chimique des océans

Pollution chimique : On noie le poisson !

Un nouveau rapport pointe les conséquences désastreuses de la pollution chimique sur les chaînes alimentaires océaniques et aquatiques. Et qui est en bout de chaîne ? L’homme bien sûr ! La surpêche n’est donc pas le seul facteur du déclin de la faune marine… Les rejets industriels, les pesticides, les produits pharmaceutiques, les produits de soins personnels et les produits chimiques dérivés du plastique sont montrés du doigt. Il est donc plus qu’urgent d’arrêter de polluer les océans, il en va de la santé humaine.