Migrations : Routes maritimes mortelles

Depuis 2020, de plus en plus de migrants empruntent la route maritime qui part des côtes africaines vers les Canaries, une des plus dangereuses et mortelles des quatre principales routes vers l’Europe. L’épidémie de COVID-19 et la fermeture des frontières sont-elles responsables de ce nouveau drame humanitaire ? Un rapport de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) pointe du doigt l’absence de politique commune entre l’Union européenne et l’Afrique pour une gestion sécurisée et humaine des migrations.

Le monde du silence ?

Selon une récente étude, la cacophonie humaine envahit les océans et perturbe considérablement la vie sous-marine. Des cétacés désorientés qui viennent s’échouer sur les côtes, des espèces menacées parce qu’elles ne peuvent plus retrouver leur habitat, se reproduire ou identifier les prédateurs, les conséquences sont multiples, mais des solutions existent !

Masques chirurgicaux, une menace pour les océans ?

Il n’a échappé à aucun d’entre nous, que depuis le début 2020, notre vie a très largement changé. La faute à un virus qui a bouleversé nos habitudes, nous obligeant à porter un masque tout au long de la journée… Des masques que l’on retrouve – parfois – au fond des mers. Les chiffres, annoncés dans une étude réalisée par l’organisation OceanAsia, font, à ce propos, froid dans le dos !

La SNSM, une action toujours bénévole dans un monde où tout s’achète

Si vous venez de chavirer, que votre bateau dérive dangereusement vers les rochers, il y a de grandes chances que la SNSM intervienne. Mais on ne le dit pas assez : ces sauveteurs sont des bénévoles. Ce sont des marins qui veillent sur d’autres marins… Belle « initiative » pourrait-on dire. Mais cela ne devrait-il pas être le rôle de l’Etat, d’assurer la sécurité physique des hommes et femmes de mer ? Et cette action gratuite ne devrait-elle pas surtout aller de paire avec une responsabilisation de tous ?

Alain Connan sur le Sirius de Greenpeace en 1984 - c Pierre Gleizes

Podcast : l’affaire du “Rainbow Warrior” vécue de l’intérieur

10 juillet 1985, le navire de l’association Greenpeace coule dans le port d’Auckland en Nouvelle-Zélande. On apprendra rapidement que le Rainbow Warrior a été saboté par des agents des renseignements français… Alain Conan était à l’époque commandant du Sirius, le second navire de Greenpeace. Il nous raconte aujourd’hui dans ce podcast Magma cette incroyable et tragique histoire…

Transport à la voile, une alternative écologiquement viable ?

On accuse souvent les écolos de vouloir revenir à l’âge de pierre et de vouloir abandonner le confort actuel au profit de la sauvegarde de la planète. En est-il de même en ce qui concerne les fameux cargos à voile qu’on nous promet comme “propre” et à même de nous permettre de continuer à consommer des produits du bout du monde ?