Technologie

Transport à la voile, une alternative écologiquement viable ?

On accuse souvent les écolos de vouloir revenir à l’âge de pierre et de vouloir abandonner le confort actuel au profit de la sauvegarde de la planète. En est-il de même en ce qui concerne les fameux cargos à voile qu’on nous promet comme “propre” et à même de nous permettre de continuer à consommer des produits du bout du monde ? 

Le bambou, l’herbe qui voulait devenir bateau…

Des rives du golfe du Bengale jusqu’au delta du Mékong, une petite ONG française a décidé de proposer un nouveau visage à la construction navale de demain : une charpenterie de marine exploitant un biocomposite…de bambou ! « L’acier vert » pousse en effet en abondance et propose d’infinies possibilités dans ces contrées lointaines où les préoccupations écologiques commencent à affleurer.

Imoca Racing for the planet

Un peu d’écologie dans la course au large, c’est possible ?

A l’heure où notre société se préoccupe de plus en plus de son impact en terme d’écologie, le secteur de l’industrie nautique commence tout juste à prendre, lui aussi, ce virage… Basée sur une source d’énergie propre, le vent, la course au large n’est pourtant pas si verte : matériel électronique complexe, résines et fibres polluantes, équipements peu recyclables… 
La course au large pourrait-elle un jour être plus verte ?

Le patin à voile, un bateau sans safran !

Ce petit catamaran de sport très populaire sur les côtes catalanes depuis près d’un siècle est capable de propulser son skipper à près de 20 nœuds. Découvrez avec nous comment marche ce drôle d’engin.

La fin des constructions navales traditionnelles en bois au Bangladesh…

Yves Marre est arrivé au Bangladesh par la mer en 1994. Il est alors tombé amoureux de ce pays, s’y est installé et y vit toujours aujourd’hui. En moins de 30 ans, il a été le témoin de l’évolution de la construction navale traditionnelle de la flotte fluviale, et des impacts que la construction des bateaux en bois a fait subir à l’environnement.