Salon virtuel : les salons nautiques de demain ?

Après un an de pandémie et l’annulation de tous les salons nautiques à travers le monde, le Nautic de Paris a pris les devants en organisant mi-mars leur premier salon virtuel. SEAtizens a bien évidemment créé son avatar pour aller se « balader » dans les allées de ce salon nautique 2.0.

Salon nautique virtuel : entrée
Salon virtuel, c’est parti pour certains membres de l’équipage SEAtizens…

Les salons nautiques restent un des moments clés dans la vie des passionnés de mer et de bateaux. On aime y flâner, y découvrir les dernières nouveautés des chantiers ou des équipementiers ; profiter des discounts des loueurs. On y donne rdv à ses amis… On rêve de nos prochaines navs… bref on adore !
Seulement voilà, depuis mars 2020, les salons nautiques ont tous été annulés les uns après les autres, que ce soit en Europe, en Asie ou sur le continent américain. Le manque se faisant cruellement sentir, la Fédération des Industries Nautiques (FIN), propriétaire du salon nautique de Paris, a décidé de lancer un événement virtuel baptisé Virtual Nautic. Ce projet a pour ambition de permettre aux professionnels de relancer leur business et aux particuliers de prendre un petit « bol d’air », virtuel !

Un salon novateur et écologique ?

La volonté de la Fédération des Industries Nautiques est non seulement de redynamiser une filière très touchée par la pandémie (qui emploie directement près de 44 000 salariés et qui réalise un chiffre d’affaires de 5,3 milliards d’euros). Mais le Virtual Nautic  n’est pas juste un « copié-collé » d’un salon classique. C’est une vraie expérience immersive qui nous a été proposée, dans un monde – certes virtuel – mais 100% interactif.
Pour être honnête, après quelques dizaines de minutes à arpenter les allées du salon, après avoir eu le plaisir de saluer quelques professionnels et de discuter avec de nombreux amis rencontrés au hasard de nos pérégrinations, j’ai vraiment été séduit et me suis pris au jeu. Ce salon est un vrai salon nautique, certes sans bateaux, sans pouvoir tester, toucher, ni essayer les nouveaux équipements, mais offrant de vraies rencontres, comme dans la vraie vie. Et cerise sur le gâteau, sans avoir besoin de prendre l’avion, ni d’envoyer des bateaux de plusieurs tonnes par la route pour remplir un parc d’exposition… à sec ! Et même si la consommation des serveurs n’est pas sans impact, elle reste minime par rapport à celle d’un salon « classique »…

Salon nautique virtuel : Multihull show
Même les salons « physiques » avaient fait le déplacement chez leur concurrent virtuel…

Un pari courageux et… réussi !

Dans une période compliquée pour l’industrie nautique, les organisateurs du Nautic de Paris ont fait un pari bien audacieux. De nombreux professionnels ont répondu présents, avec un stand et du personnel disponible pour répondre aux visiteurs, comme dans la vraie vie ! Avec quelques milliers de visiteurs en deux jours, nous sommes forcément très loin de la fréquentation habituelle d’un Nautic, qui accueille officiellement chaque année environ 200 000 personnes sur 10 jours. Mais l’essentiel n’était-il pas ailleurs ?

Alors demain ?

Soyons clairs : si nous pouvions retrouver une vie normale et surtout une vraie liberté de nous déplacer et de nous rencontrer, les salons nautiques « réels » ne seraient pas prêts d’être remplacés par leurs homologues « virtuels ». Pourtant, ils ont des arguments à faire valoir, en permettant à ceux qui sont loin où qui ne peuvent pas se déplacer – pour des raisons aussi variées que le travail, le handicap ou pourquoi pas l’écologie – de profiter d’un vrai moment convivial.

Cette première édition a au moins eu le mérite de démontrer que l’on peut se retrouver, se renseigner, échanger et même acheter à distance sur un salon virtuel, sans bouger de chez soi ni émettre de nombreux gaz à effets de serre…

Et pour voir à quoi cela ressemblait, c’est par ici :

Envie d’en savoir plus ?

Je m’inscris à la Newsletter
Partager sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *