méduses

Journée mondiale des océans : Se poser les bonnes questions…

Le 8 juin 2022, c’est la “journée mondiale des océans”. Depuis 3 ans, les Nations unies déploient à cette occasion toute une communication pour “célébrer l’océan” et rappeler son importance. Décréter une journée mondiale est-il un non événement qui vise à se donner bonne conscience et masque l’échec d’une action collective à l’échelle planétaire ? Ou bien est-ce l’occasion de parler des vrais sujets d’inquiétude autour de la préservation des océans ? Trois sujets semblent incontournables dès lors que l’on veut célébrer l’océan : la pollution plastique, la surpêche et le transport maritime.

L’association Wind Ship publie son livre blanc de la propulsion des navires par le vent

L’association Wind Ship vient de publier un livre blanc dont le but est de présenter les différentes solutions de propulsion de navires par le vent. Nous avons tous vu ces récents exemples de cargos à voile ou équipés d’ailes de kite. Le livre blanc proposé par Wind Ship explique toutes ces solutions et les classifie …

La solution serait bien sûr de moins consommer mais…

Mais, nous l’observons aussi bien dans nos vies personnelles que dans l’actualité, moins consommer n’est pas aussi simple. Ce mois-ci, c’est donc une initiative de transition que nous avons décidé de mettre en avant. Pas de bateau en bois, calfaté avec du chanvre bio-sourcé made in France, cultivé par des agriculteurs bien rémunéré dans une SCOP etc etc etc…  Mais plutôt un calcul intelligent pour limiter les émissions de CO2 dans le monde maritime.

Transport maritime : A deux nœuds près ?

Cela fait quelques années que la réduction de vitesse des navires est au cœur des réflexions pour réduire l’impact environnemental du transport maritime. Plusieurs rapports pointent du doigt les diverses formes de pollution inhérentes à cette activité et proposent la solution de la réduction de vitesse comme étant l’une des plus faciles à mettre en œuvre. Mais quels sont les enjeux et les avancées sur ce dossier ? Sommes-nous vraiment à deux nœuds près ?